Les attractions à ne pas manquer

Les États et territoires

Les villes incontournables

Les attractions à ne pas manquer


La francophonie en Louisiane


Joseph Dunn, Laura Plantation

Bonjour Joseph, 
 

Vous travaillez au sein d’une célèbre plantation de Louisiane : Laura Plantation. Pourriez-vous nous en dire plus sur ce site incontournable ?

  
Par où commencer car c’est un lieu tellement riche en histoire et vraiment comme nul autre en Louisiane, voire aux Etats-Unis ! En bref, la visite retrace l’histoire d’une famille créole louisianaise, d’origine française, sur 4 générations, durant laquelle nous explorons la complexité des relations entre les différents membres de la famille et leurs esclaves qui furent parfois eux aussi membres de cette même famille. Ce que nos visiteurs y découvrent, c’est une saga familiale, multi-générationnelle et intégrée qui les transporte bien au-delà des idées reçues ou des mythes du Vieux Sud.
 
 
Quelles y sont vos missions ?

Je suis chargé de représenter la Plantation sur les plans marketing, ventes et relations publiques. Je participe également au développement des tours, à l’interprétation et à la formation des guides.
 
En plus de Laura Plantation, je réalise d’autres projets similaires pour d’autres clients.
 
 
Parlez-nous un peu des plantations situées le long du fleuve Mississippi et de leur histoire qui vous fascine tant.

Tout d’abord, il faut situer cet endroit dans son contexte historique. Même si Napoléon nous a vendus aux Etats-Unis en 1803, cette région et la plupart de ses habitants continuaient de se considérer comme « français » et de parler cette langue jusqu’aux premières décennies du 20e siècle.
 
On peut imaginer le fleuve Mississippi et les plantations qui le longeaient un peu comme la Loire avec les châteaux, ou le St-Laurent au Québec avec les domaines et les seigneuries. Ce fut une société féodale basée sur les systèmes que les colons français avaient connus en Europe.
 
A une époque, plus de 400 plantations de canne à sucre se situaient sur les bords du fleuve entre Bâton-Rouge et La Nouvelle-Orléans. Aujourd’hui, il n’en reste qu’une poignée.
 
 
Pourriez-vous nous rappeler les liens historiques entre la France et la Louisiane ?

La Louisiane fut fondée comme colonie française en 1699 et vendue aux Etats-Unis en 1803. Même si la colonie avait été cédée à l’Espagne entre 1763 et 1800 (avant que Napoléon ne la reprenne), la majorité de colons demeuraient français et francophones (ou créolophones) venus de partout, de France, du Canada, des Caraïbes et d’Afrique.
 
Les différentes révolutions en France au 19e siècle ont aussi contribué à l’immigration française tout au long des années 1800. Et de nos jours, nous avons le plaisir d’accueillir des dizaines de milliers de touristes français tous les ans.  
 
 

Vous dirigiez précédemment le CODOFIL (Conseil pour le Développement du Français en Louisiane). Pouvez-vous nous retracer brièvement l’évolution de la langue Française dans l'Etat ?

  
L’évolution de la langue française en Louisiane  est un sujet vaste, complexe et complexé ! Ce que beaucoup de gens ignorent, même ici, c’est qu’il y a non moins de 18 groupes différents en Louisiane qui peuvent réclamer un héritage francophone ou créolophone.
 
C’est toute une mosaïque de gens, d’influences, d’accents, de vocabulaire et de textures qui va bien au-delà de tout ce que l’on peut lire sur les Cadiens (en Louisiane, on insiste sur cet orthographe, « Cajun » étant un mot anglais et une déformation du mot français « cadien ») ou les Créoles. Par exemple, aujourd’hui, ratio à la population ethnique, les Amérindiens de la tribu « Nation Unie Houma » parlent plus français que tous les autres groupes !
 
 
Qu’en est-il aujourd’hui de l’héritage Français et de la pratique de la langue Française en Louisiane ?

Là aussi, c’est compliqué. Comme l’anglais fut imposé par la constitution étatique de 1921 comme langue de scolarisation des écoles publiques et du gouvernement, l’usage du français au foyer a chuté tout au cours du milieu du 20e siècle car les parents ne voulaient pas que leurs enfants commencent l’école sans parler anglais.
 
Cela fait que beaucoup de Louisianais portent des noms de famille français et sont fiers de cet héritage, mais la langue n’est pas aussi pratiquée aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Entre 1970 et aujourd’hui, le nombre de « parlants français ou créole » est passé de 1.000.000 à 100.000, plus ou moins. Et c’est parce que les gens de langue maternelle française n’ont pas transmis la langue à leurs enfants.
 
Il y a néanmoins un renouveau avec les écoles d’immersion française et différentes autres actions pour promouvoir le développement et l’usage du français à travers l’état. A Laura Plantation, par exemple, nous faisons exprès de recruter de jeunes francophones louisianais. C’est non seulement bon pour les affaires, mais c’est aussi une responsabilité culturelle de valoriser les Louisianais dans leur identité linguistique.

 
Vous parlez parfaitement le Français sans aucun accent ! Quelle relation entretenez-vous avec la France ?

Je suis allé plusieurs fois en France pour les affaires, mais je n’y ai jamais vécu ni étudié. J’avais entendu le français très jeune aux pieds des aïeux de la famille et quand j’ai commencé à l’étudier à l’école primaire, c’était comme un déclic immédiat. Je le parlais couramment vers l’âge de 10 ans.
 
J’ai un accent très similaire à ce que l’on aurait entendu à La Nouvelle-Orléans il y a un siècle ; le référent langagier pour les citadins ayant toujours été la France.  Je suis quand-même conscient d’utiliser des mots spécifiques à la Louisiane  dans mon parler pour ne pas perdre cet aspect local.

Même si j’ai un accent plutôt « franco-français, » je dirais que tout le monde a un accent et doit en être fier (sourire). Comme nous sommes dans le domaine du tourisme, n’est-ce pas le sensoriel dont on se souvient le plus des voyages ? Les contes africains, le sirop d’érable canadien, les odeurs de Provence, le rhum des Antilles, les rythmes du jazz... , ce sont autant d’accents qui font toute la couleur et la texture de la francophonie.

 
Quels sont pour vous les atouts touristiques de la Louisiane ?

Pour ne pas dépasser ma limite d’espace, je dirais simplement que c’est le contact humain avec les Louisianais. Nous sommes un peuple très ouvert, très accueillant, très chaleureux. Les meilleurs souvenirs sont ceux des rencontres inattendues.

 
… et vos coups de cœur ?

J’en ai tellement ! Le Vieux Carré de La Nouvelle-Orléans, les autres quartiers résidentiels avec les petits cafés ou restaurants, la route des plantations, les petits villages au centre et au nord de l’état.
 
 

Que conseillerez-vous à un visiteur Français qui souhaite sortir des sentiers battus et s’immerger dans la culture locale ?

 
Il y a PLEIN de choses à découvrir. Le système routier de « Scenic Byways » traverse l’état et c’est un excellent moyen de sortir de l’autoroute et de voir les paysages.  Pourquoi ne pas dormir dans un des Bed & Breakfasts situés à travers l’état pour faire la connaissance des locaux et aussi de parler français, parce que beaucoup de propriétaires sont francophones ! Je leur dirais aussi de ne pas avoir peur d’aborder les locaux et de leur demander leurs recommandations !
 
 
Auriez-vous de bonnes adresses (restaurants, cafés, etc) à partager avec de futurs visiteurs Français en Louisiane qui nous lisent ?

C’est une question piège parce que j’aurais trop de suggestions et je risquerais d’oublier un ami ! Il y a énormément de ressources et de témoignages qui sont faciles à trouver en ligne en cherchant « tourisme en Louisiane ». Honnêtement, les meilleurs conseils viendraient des locaux qu’ils rencontreront sur place dans les différents endroits, et j’ai hâte d’en croiser quelques-uns lors de leur séjour en Louisiane !
 
 
Merci Joseph !
 
 

 
Plus d’informations sur Laura Plantation sur :
http://www.lauraplantation.com/
http://plantationparade.com/
Et contactez Joseph Dunn à : joseph@lauraplantation.com

Publicité