Les attractions à ne pas manquer

Les États et territoires

Les villes incontournables

Les attractions à ne pas manquer


Rapid City


Sioux, bisons et Crazy Horse

Rapid City est surtout connue pour être la porte d'entrée du Mont Rushmore et des Badlands. Une plaque tournante où l’on peut se loger confortablement à prix sympas.
Rapid City est la seconde ville en importance de l'état du Dakota du Sud. Pas immense néanmoins : 100.000 habitants au total pour l'agglomération. Cette ville « intime » est le cœur  touristique de l'état, essentiellement pour sa situation : elle est la porte d'entrée vers les Badlands, le Mont Rushmore ou le Crazy Horse Memorial.
 
Cet état compte une importante population amérindienne Il est celui qui a gardé le plus de tribus. Sitting Bull, de son vrai nom Tȟatȟaŋka Iyotȟaŋka, grand chef des Hunkpapas, naquit dans la région.
 
Le Mont Rushmore se trouve à une demi-heure de route de la ville. Les têtes des Présidents y furent sculptées à partir de 1927 par Gutzon Borglum et terminées par son fils Lincoln. Monumental est le mot puisque ces sculptures dans le granit mesurent 18 mètres de haut. A noter que le monument a été passé au Karcher en 2005 par la société homonyme qui y trouva un important retentissement médiatique.
 
Aller à Mont Rushmore sans passer aussi au Crazy Horse Memorial serait dommage. On y édifie le pendant Indien du Mont Rushmore. Une sculpture monumentale qui deviendra, lorsqu'elle sera achevée, la plus grande sculpture au monde. Le chef indien Crazy Horse, monté sur son mustang et tourné vers l'Est, domine les plaines où les Indiens furent massacrés allégrement par les Yankees. Bien évidemment, ce mémorial ne bénéficie d'aucun soutien de l'état américain, rappelant quelques épisodes peu glorieux de la Ruée vers l'Ouest.
 
Les Badlands, au Nord de Rapid City, forment un parc national bourré de fossiles et de restes paléontologiques. « Mauvaise terre » en français, l'endroit porte bien son nom ! Les quelques pionniers accourus suite au Homestead Act qui donnait 65 hectares de terre à tout fermier, n'ont pas résisté au climat, au manque de bois pour se chauffer, sans parler des nuées des sauterelles qui envahissaient les rares cultures.
 
Aujourd'hui, le parc, très brut de nature, est particulièrement photogénique. Il héberge toujours des troupeaux de bisons, de multiples espèces de petits mammifères dont le putois à pieds noirs, espèce quasi éteinte, et des lynx. Les oiseaux sont légion : 215 espèces y ont été recensées. Les Badlands restent un univers rude et fascinant.
 
Rapid City joue le rôle d’étape parfaite pour se loger confortablement à prix raisonnable et pour visiter ces différents parcs dont le plus lointain se trouve à à peine une heure et demie de route.
 
Site  internet : www.visitrapidcity.com
 

à ne surtout pas rater

Sites culturels & musées